Le Legacy des Dubol

25 septembre 2008

SOMMAIRE

   

site précédent liste des membres site suivant

Un Legacy, c'est long...
C'est très long...
C'est très très très long...
C'est...
Bref, tellement long qu'on s'y paume, c'est donc pour cette raison que voici-voilà un beau sommaire qui vous aidera à ne pas vous perdre en cours de route.

Bonne lecture !

PREMIÈRE GÉNÉRATION

1. Pas de bol
2. Les lapins voleurs
3. Bara... quoi ?
4. La tête d'enclume
5. Un p'tit coup de balnéothérapie
6. Deux anges et un démon
7. Jessica, t'avais raison
8. La célébrité
9. C'est reparti pour un tour !
10. Le règne des Bara
11. La guerre des héritiers

12. A VENIR


Posté par ParkerJones à 11:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 septembre 2008

1. Pas de bol...

Dubol_01x01

     Lorsque mon père m'a jeté de la maison, après que j'ai dragué la bonne avec laquelle il avait une relation, il m'a dit : Alan, tu vas finir droit dans un cul de sac ! Je ne l'avais pas cru, au début, puis je me suis retrouvé dans un bus en direction de nulle part, avec comme seul bagage mon sac à dos et trois cents simflouzes.

     Nulle part, le terme est encore un peu faible pour décrire que ce qui me fait face. Un vide sidéral paumé dans le désert, à je ne sais combien de kilomètres de la civilisation. Comme cul de sac, j'admets que j'ai jamais vu mieux... Oh, je suis un peu médisant, quand même. Il n'y a pas rien ici puisque je m'y trouve, en compagnie d'un seul et unique arbre, un oranger. On se demande d'ailleurs ce que vient faire un oranger dans un trou aussi perdu ! Au mois, j'ai quelqu'un à qui parler, hein Roger ?

Dubol_01x02

    
     Vous comprenez pourquoi j'ai l'air de faire la tête ? Moi qui avais l'habitude de vivre dans un manoir  de 83 pièces avec des domestiques à chaque couloir. Je suis tombé bien bas, tout ça parce que j'ai osé regarder sous la jupe de la bonne, c'est pas comme si je l'avais youplaboumée sur la table de la cuisine... non, c'était juste sur le canapé du quatrième salon, pendant que le paternel était au boulot et que la maternelle comptait fleurette au jardinier sous les feuilles d'un buisson. Après tout, je ne faisais que suivre l'exemple de mes parents, lesquels prenaient un soin particulier à faire l'éducation youplaboumesque des domestiques. Bande d'hypocrites, j'vous jure...

     Enfin, maintenant que je suis là, il va falloir que je me débrouille pour me bâtir un palace au beau milieu du désert. Et avec trois cents simflouzes, je vous prie de croire que je vais pas aller bien loin...

Dubol_01x03

     Heureusement, même dans les coins les plus reculés de la planète, il y a toujours un... un... un livreur de journaux ?! Bah ça alors ! Et moi qui me pensais seul et abandonné de tous. Bon, autant en profiter pour chercher du boulot. Je sais, c'est une véritable utopie d'en trouver un ici mais comme mon père me disait toujours avant de me renier : un Dubol, mon fils, ça a toujours de la chance ! Ouais, c'est sûr, la chance m'a toujours souri... jusqu'à ce que je me fasse virer de chez moi à grand coup de pied dans l'train.

     Seulement voilà, on a beau dire tout un tas de trucs pas bien gentils sur le papounet Dubol, il avait quand même raison. Jugez donc : un poste dans la politique, rien que ça ! Parce qu'en plus, ils font de la politique dans le désert. Remarquez, je vais pas m'en plaindre. J'aurais plutôt voulu devenir toubib mais la politique c'est assez bien payé et comme le disait papa Dubol : mon fils, dans la vie, il faut avoir le sens des priorités. C'est sûrement pour ça qu'il a soulevé la bonne au lieu de ma mère... Le sens des priorités...

Dubol_01x04

     Plus tard dans la journée, j'ai laissé Roger surveiller le terrain et je suis allé me balader. Et devinez sur quoi je suis tombé ? Des toilettes publiques ! J'vous jure, des toilettes publiques au beau milieu du désert ! J'aurais pu être étonné mais en fait, non... vous savez, après avoir vu les fiestas youplaboumesques des parents Dubol pendant ma jeunesse, je ne m'étonne plus de rien.

     Et puis, je suis bien content d'avoir découvert ce coin parce que non seulement, il est pourvu de toilettes, de douches et d'un restaurant pas gratuit, mais en plus il y a un barbecue et des hot-dogs en libre service. Ça m'a permis de soulager mon estomac qui criait famine depuis hier soir, le fameux soir fatidique où mon père m'a propulsé sur le trottoir avec mon sac fait par ses soins. Je n'ai pas osé lui dire qu'il avait oublié d'y mettre mon rasoir électrique...

Dubol_01x05

     Et moi qui pensais que le désert était calme, je m'étais amplement trompé. Déjà parce que les chiens errants, y a que ça ici. A croire qu'ils se sont tous donné le mot pour que j'ai un peu de compagnie. Et ensuite, parce que trois péquins ont débarqué de je ne sais où pour me souhaiter la bienvenue dans le quartier. Comme c'est sympa... Et puis d'abord, d'où ils sortent ? Parce qu'à part les toilettes publiques, je ne vois absolument rien à l'horizon qui ressemble à un palais, un hôtel, un manoir, une demeure, une maison ou un cabanon de jardin. Encore moins un terrain de camping. Le coin est bizarre, c'est moi qui vous le dis...

Dubol_01x06

     Pour retrouver ma tranquillité, et aussi soulager Junior qui avait une envie pressante, je me suis rendu aux toilettes publiques. C'est calme avant l'ouverture du resto, très calme... trop calme... Mais ça m'a néanmoins permis de faire la causette avec une charmante jeune femme, encore plus jolie que la bonne des Dubol... Parce que la bonne des Dubol, c'était quand même un sacré lot, avec un balcon bien arrangé et une croupe qui... ouais, enfin je m'égare, là. Hum...

     Donc, je disais que j'avais fait la connaissance de Jessica. Bien gentille au demeurant, avec le sens de l'humour, de la conversation et du monde au bal... euh... une jolie silhouette, je veux dire. C'est sûr qu'elle m'a tapé dans l'œil, la petite brunette, avec ses lèvres fines et frémissantes, ses beaux yeux clairs et pétillants, sa taille de guêpe et ses jambes interminables. Bref, un ange, avec un tablier de serveur, certes, mais un ange quand même. Un ange serveur, en somme... Bah quoi ? Même au paradis, on a le droit d'être servi !

Dubol_01x07

     La nuit est tombée bien rapidement. Heureusement que papounet Dubol a pensé à me mettre le dictionnaire des synonymes dans mon sac parce que je m'ennuierais ferme, sinon. Et Roger a pas beaucoup de conversation. A part le bruissement du vent dans ses feuilles et son histoire d'oranger abandonné dans le désert, il raconte rien d'autre. Oh, mais je suis patient. Je vais apprendre à le connaître et à jour, on se livrera tous nos secret, hein Roger ? Il est un peu timide mais ne vous en faites pas, ça va s'arranger.

Dubol_01x08

     Première nuit passée dans le désert et dans l'ensemble, j'ai plutôt bien dormi, même si je ne suis pas trop réveillé. Et toi, Roger ? Bien dormi ? J'ai fait un rêve atroce, la bonne m'avait poursuivi jusqu'ici et me demandait de la youplaboumer. Oui, je sais, jusque là, ça n'a rien d'horrible mais je vous signale qu'on youplaboumait sur une planche de fakir installée à côté de Roger ! Horrible, j'vous dis ! Je sens encore les pointes de la planche dans les fesses... A moins que ce ne soit ce matelas pas confortable pour deux ronds.

Dubol_01x09

     Je suis vachement étonné de voir arriver une voiture ici, et encore plus lorsque le chauffeur de cette carcasse boueuse m'annonce :

     - Hey ! C'est vous l'péquenot qui vient d'arriver ? J'suis vot' chauffeur, c'est moi qui vous emmène au boulot.

     Ça alors ! Et tous les gens qui bossent ont leur propre chauffeur ?

     - Ah ça, pour les détails, moi j'sais pas. J'sais juste que j'suis payé pour qu'vous montiez dans c'tacot et que j'vous emmène à vot' boulot.

     Bon, eh bien... A Sim vat, comme on dit...

Dubol_01x10

     Je suis drôlement content. Premier jour de boulot et première promo. Dire que papa Dubol n'arrêtait pas de me bassiner : mon garçon, t'es pas capable de faire quoi que ce soit de tes dix doigts. En fait, il avait raison parce que dans la politique, c'est pas des doigts dont on se sert mais de la langue. Pour parler, qu'est-ce qu'on parle ! J'ai sacrément intérêt à travailler mon charisme si je veux épater la galerie et continuer de grimper les échelon. Après tout, chef de staff comme rêve c'est pas mal, mais maire de ce bled désert, c'est plutôt mieux.

     Du coup, je me modernise avec un lit deux places (je prévois, on sait jamais, ça a l'air de bien fonctionner entre la serveuse et moi), des toilettes et une douche. Y a aussi un mur, très pratique pour m'abriter du vent, de la pluie, des grêlons gros comme mon poing. Bon, je n'ai pas encore la super cuisine toute équipée et livrée avec le domestique mais je ne perds pas espoir, j'y arriverai ! Et arrête de bouger, Roger, j'ai pas envie de t'entailler l'écorce.

Dubol_01x11

     Et le lendemain, rebelote ! Me voici propulsé en tant que membre du lobby du coin, même si je n'ai aucune idée de ce qu'est un lobby. Bah, tant que ça paye, je vais pas me plaindre. Papa Dubol m'a dit récemment : fiston, t'as le charme de ta mère et celui de ton père, t'es pas adroit pour deux ronds mais quand il s'agit de faire tomber la gente féminine, t'es plutôt doué. Ca, c'était juste avant de me coller son pied aux fesses et de me balancer sur le trottoir avec pour consigne de ne jamais revenir... M'enfin...

     Du coup, je me retrouve avec une jolie habitation, plus proche du cabanon de jardin que du palace trois étoiles. Mais comme maman Dubol disait toujours : mon fils, l'important c'est d'avoir un toit et des domestiques, le reste n'est que futilité et ne sert à rien. Mouais, j'ai jamais été convaincu par ça, surtout par le passage qui parlait des domestiques...

Dubol_01x12

     J'ai profité d'avoir des murs et un toit pour inviter Jessica. J'allais quand même l'inviter avant, j'aurais eu l'air parfaitement ridicule avec ma toile de tente plantée sous Roger. Quand je disais que le courant passait bien entre moi et la petite brunette, j'avais vu juste. Allez Alan, s'agit de pas te planter sur ce coup-là. Jessica, c'est pas la bonne. Elle est beaucoup plus délicate, sensible et timide, interdiction formelle de la brusquer. Roger, tu me surveilles, on ne sait jamais, des fois que mes instinct reprennent le dessus...

Posté par ParkerJones à 18:19 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

28 septembre 2008

2. Les lapins voleurs

WARNING !
La lecture de cet épisode peut entraîner des effets secondaires indésirables (soupe sur le clavier, étranglement spontanné, côtes douloureuses). Pour votre sécurité, parlez-en avant tout à votre médecin.


Dubol_02x01

     Je dormais bien peinardement, la bonne m'avait enfin fichu la paix dans mes rêves, lorsque j'ai entendu un bruit étrange. Un voleur ? Un meurtrier ? Un pyromane ? Datte ize ze kouestionne. Moi, vous savez, je suis plutôt du genre courageux. Papa Dubol me disait d'ailleurs : mon fils, il ne faut jamais se précipiter au secours de l'orphelin, la veuve oui, mais surtout pas l'orphelin. En fait, j'ai jamais compris de quoi il parlait mais bon. Toujours est-il que je me suis courageusement levé et que je me suis courageusement approché de la fenêtre... enfin, du trou de la serrure vu que j'avais pas encore de fenêtre à ce moment-là. C'est sûr qu'on voit moins bien mais on a aussi moins de chance de se faire repérer par un psychopathe assassin traumatisé par une horde de lapins.

     En fait, devant la porte, ce n'était pas une horde de lapins assassins traumatisés par un psychopathe mais plutôt... Jessica ! La belle, la douce, la charmante, la bien élevée, la serveuse Jessica qui venait m'offrir une grande télé parce qu'elle avait adoré notre rendez-vous. Faut reconnaître aussi que je l'ai fondre, la brunette. Même Roger était sous le charme de ma prestation. Maintenant la question se pose : une télé comme ça, ça vaut une fortune. Dois-je donc la vendre et améliorer mon quotidien ou bien la garder ?


Dubol_02x02

     La question ne s'est pas posée longtemps, en fait, car de retour du boulot, la télé avait disparu ! Ah, les fichus lapins psychopathes, je suis sûr que c'est de leur faute ! Mais il y avait quand même quelque chose de plus troublant encore que la disparition de télé. La maison... mon rangement à tondeuse... disparu aussi !

     - Dites, vous êtes sûre de ne pas vous être trompée d'adresse ? ai-je dis à la chauffeuse.

     - Bah non, j'peux pas me tromper m'sieur Dubol. J'ai un GPS, et les GPS se plantent jamais.

     Ah... donc, je suis effectivement chez moi, devant une maison... ou plutôt une sorte de roulotte de luxe avec un toit, une terrasse et un escalier. Tant qu'il y était, celui qui a fait ça aurait pu m'installer le câble. Oh, j'suis bête, je n'ai plus de télé !


Dubol_02x03

     Bon bah, c'est pas grave, on va profiter de la situation pour inviter Jessica. Seulement, je ne sais pas du tout ce que je vais lui dire à propos de la disparition de la télé. Sitôt qu'elle est arrivée, ça a été la grande surprise.

     - Oh, Alan, tu as fait agrandir ta maison ?

     - Eh oui, bichette, je gagne bien ma vie, tu sais.

     - Tu as trouvé ton cadeau, ce matin ?

     C'est qu'elle était toute ravie de me poser cette question, la petite brunette. Seulement moi, je me retrouvais comme un con à essayer de trouver une explication plausible au phénomène.

     - Euh... oui, je l'ai trouvé, ai-je bredouillé. C'est... euh... super ! Mais euh... c'est à dire... un voleur... ce matin... C'était affreux, il a fallu que je me batte, mais il était beaucoup plus fort que moi. Tu l'aurais vu, un monstre ! Deux mètres cinquante de haut et des biceps aussi gros qu'un bloc de granit. J'ai pas pu rivaliser, il m'a sonné d'un méga coup de poing et il est parti avec la...

     Je n'ai pas eu le temps de finir, Jessica a coupé court à mon explication désastreuse en m'embrassant langoureusement et en murmurant :

     - Oh, mon pauvre chou.

     Je m'en suis bien sorti, finalement !


Dubol_02x04

     Le soir, j'étais fatigué, épuisé... non, je n'ai pas youplaboumé avec Jessica. Dès le deuxième rendez-vous, ça se fait pas. En revanche, ç'aurait été papa Dubol, lui il ne se serait pas embarrassé de la moindre règle de bienséance. Il te l'aurait youplaboumé sous Roger vite fait bien fait... enfin, bien fait, ça reste à voir.

     Je dormais donc tranquillement, en rêvant que je poursuivais la bonne avec un rouleau à pâtisserie en marbre, lorsqu'un bruit m'a tiré du sommeil. Alors courageusement, je me suis levé, et courageusement, je me suis approché de la porte-fenêtre. Très pratique pour voir ce qui se passe dehors, mais pas très discret. C'est donc ainsi que j'ai vu la belle silhouette de Jessica s'en aller discrètement après avoir laissé un magnifique cadeau sur le seuil de ma porte. Une statue ! Bah ça alors, j'ai dû lui faire de l'effet, à la p'tite, pour qu'elle me remercie autant. Bon, cette fois, je vais faire attention à ce qu'une bande de lapins voleurs ne me pique pas mon cadeau !


Dubol_02x05

     Ah les vaches, ah les psychopathes téméraires ! Fichus cambrioleurs ! La première chose que j'ai remarqué en rentrant de mon boulot, c'est la disparition de la statue. Non mais je suis maudit, ou quoi ? Je suis sûr que c'est un coup de la bonne qui m'a suivi jusqu'ici pour me pourrir la vie.

     En dehors de la disparition non désirée de la statue, il y a autre chose qui m'a intrigué. La maison... je vois deux portes à travers la porte-fenêtre. Ce qui veut dire... ce qui veut dire qu'un magicien me l'a encore agrandie ! Voilà maintenant qu'à la place d'une statue, je me retrouve avec deux pièces et un grand hall. Je me demande si j'ai pas gagné au change, finalement.

     N'empêche, ce quartier est vraiment bizarre, va falloir que je mène ma propre enquête un de ces quatre...


Dubol_02x06

     Remarquez, l'architecte s'est quand même bien débrouillé puisqu'avec ma prime de 5000§, reçue pour avoir voté contre une loi de protection des lamas (les lamas, c'est comme les lapins, ce sont tous des psychopathes !), il m'a concocté une petite cuisine. D'accord, les pièces sont un peu vides mais ce n'est que temporaire.

     Du coup, j'ai encore invité Jessica pour lui faire visiter mon palace en travaux. Elle était toute émerveillée, la chérie, à croire que sa maison à elle est encore plus pourrie que la mienne. Et j'ai profité de sa bonne humeur pour m'agenouiller devant elle, sur les clous qui traînaient encore par terre, et je lui ai dit :

     - Bichette, t'es vraiment la seule serveuse qui compte pour moi. Depuis que je te connais, il se passe des choses bizarres dans cette baraque... euh... je veux dire : dans mon cœur. J't'aime, ma biche, et je voudrais, si tu l'acceptes bien sûr, je vais pas te forcer non plus, je voudrais que tu m'épouses. Pour preuve de mon amour, je t'offre cette bague qui me vient de ma mère.

     Si vous aviez vu comme elle était radieuse, ma Jessica. Même pas besoin de me dire oui, j'ai tout de suite compris à sa réaction qu'elle signait sans même lire les petites lignes du contrat de mariage.


Dubol_02x07

     Jessica est rentrée chez elle tard dans la nuit, après un terrible youplaboumage comme cadeau de fiançailles. Moi, je ne dormais pas. J'étais crevé, vidé, lessivé mais complètement aux anges. C'est là que j'ai entendu un petit bruit... encore. Alors courageusement, je me suis levé. Et courageusement, je me suis approché de la fenêtre de ma chambre (oui parce que j'ai une fenêtre à ma chambre, maintenant !) Et devinez ce que j'ai vu ? Jessica qui repartait tranquillement après m'avoir ramené la même télé que celle qui avait disparu.

     Cette fois, je me suis empressé de ramener le cadeau à la maison (j'ai même failli me faire un tour de rein, elle pèse une tonne cette télé !) et j'ai verrouillé tout ce que j'ai pu : porte, fenêtres et... bah c'est tout, en fait, j'avais pas grand chose à verrouiller. Cette fois, si les lapins envoyés par la bonne réussissent à me voler ma télé, je vous jure que je les fais en civet !


Dubol_02x08

     Entre Jessica et moi, c'est la folle passion, passion avec un grand A, si vous voyez ce que je veux dire. On est complètement raides l'un de l'autre et le lit va pas tarder à être raide lui aussi si je ne change pas le matelas rapidement. Parce que Jessica, en youplaboumage, elle s'y connaît. Non pas qu'elle ait beaucoup youplaboumé avant moi mais elle est d'une souplesse... Vous en seriez jaloux rien que de la voir en action. Ouais, enfin, ça veut pas dire que je vous invite à vous en rendre compte par vous-même, hein ? Jessica, elle est à moi et le premier qui la regarde de travers, je lui arrache l'œil pour le donner aux lapins ! Non pire : aux lamas ! Et comme le disait souvent papounet Dubol : mon fils, les femmes c'est comme les tartes, faut toujours surveiller la cuisson. Réflexion faite, j'ai jamais rien compris non plus à cette phrase...


Dubol_02x09

     C'est l'hiver, il fait froid (même dans le désert... bizarre j'vous dis) et Roger s'est endormi tranquillement. Il est comme les lapins et les lamas, il hiverne. Mais attention, c'est pas un tordu psychopathe, lui. Roger, c'est mon copain, on s'en dit des choses, si vous saviez. Chaque fois que je viens tailler ses branches, il me parle de sa famille. Papa pommier et maman citronnier l'ont abandonné un jour au bord du désert parce qu'il avait décidé de rompre avec la tradition familiale et de cultiver des oranges au lieu des pommes et des citrons. Alors il s'est retrouvé tout seul, comme moi. Paumé au milieu de nulle part, comme moi. Traumatisé par ses parents, comme moi.

     Mine de rien, Roger et moi, on se ressemble beaucoup... enfin, sauf pour la coiffure. Moi, je suis quand même mieux peigné. On a beaucoup souffert. Lui à cause de son choix de cultiver des oranges, et moi parce que j'ai osé youplaboumé la bonne. Non, en fait, c'est plutôt la bonne qui m'a youplaboumé... J'ai essayé de me défendre mais elle était gigantesque, la bonne. Deux mètres cinquante de haut et des biceps aussi gros qu'un bloc de granit ! J'ai eu du mérite d'en sortir indemne...


Dubol_02x10

     L'hiver, c'est justement la saison que j'ai choisi pour enfin épouser Jessica. J'ai pris Roger comme témoin et ça l'a drôlement ému. Il aurait aussi pu faire le prêtre mais comme je suis le seul à l'entendre... Et je ne voulais pas non plus passer pour un cinglé devant ma femme. Alors j'ai fais le prêtre en plus du marié, et ça a donné ça :

     - Mademoiselle Jessica, acceptez-vous de me prendre comme légitime époux ? Jurez-vous de me protéger, de m'aimer, et tout ce qui s'ensuit jusqu'à ce que la mort nous sépare ?

     - Oh oui, je le veux !

     - Très bien. Monsieur Alan Dubol, acceptez-vous de...

     Je ne me suis pas laissé le temps de finir, j'étais tellement pressé de passer l'anneau au doigt de Jessica que je me suis coupé la parole :

     - Oui ! Oui ! OUI, JE LE VEUX !

     Mais j'ai quand même pris soin de terminer :

     - Je nous déclare maintenant mari et femme, je peux embrasser la mariée.

     Et croyez-moi que je me suis pas fait prier.


Dubol_02x11

     Juste après le mariage, ma bichette est partie en ville s'acheter quelques fringues (oui, parce qu'il y a une ville qui s'est construite ente-temps... bizarre, mais bizarre !). Faut dire aussi qu'elle a emménagé sans rien du tout vu que sa vieille môman est un véritable tyran, pire que papa Dubol. Jessica a donc fais ses emplettes en faisant attention au budget qui n'était pas bien reluisant à ce moment-là (c'est pour ça qu'on s'est mariés sous Roger et non sous une arche). Elle y a passé l'après-midi et pendant ce temps-là, je préparait la chambre pour la nuit de noces. Un petit coup de pinces pour consolider les ressors du matelas et ça devrait le faire.



Dubol_02x12

     J'avais tout juste fini de faire le lit quand elle est rentrée complètement transformée. Elle en avait profité pour faire un détour chez le coiffeur. J'étais tellement scotché de la voir ainsi que j'ai cru un moment que c'était quelqu'un d'autre.

     - Euh... on se connaît ? ai-je dit.

     - Mais oui, gros nigaud ! C'est moi, ta femme.

     - Prouve-le.

     - T'auras pas ta nuit de noces, a-t-elle répliqué avec un sourire.

     Et là, j'ai tout de suite su que c'était bien ma bichette.

Posté par ParkerJones à 15:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

02 octobre 2008

3. Bara... quoi ?

Dubol_03x01

     Bichette a trouvé du boulot dans la science. Son rêve à elle, c'est de devenir savante folle, vous savez, ce genre de personnage psychotique qu'on voit souvent à la télé et dont la réplique ne change pas d'un pouce : je vais bientôt conquérir la teeerre ! Mouhahaha ! Oui, enfin, sauf que bichette a un rire quand même plus agréable, du genre : hihihihi ! Très mignon au demeurant, sauf quand elle augmente le volume de ses cordes vocales. Là, ça passe aux ultra-sons. Pourtant, je lui dis souvent : du calme, bibiche, j'ai pas encore fini de payer les fenêtres. Mais comment voulez-vous la changer ? C'est trop tard, le rire aigu, c'est dans ses gênes comme le charme est dans les miennes.

Enfin bref... De mon côté, pendant que Bichette prenait plaisir à aller nettoyer des cages à souris, moi je travaillais mon charisme. Je sais que j'ai déjà un charme indéniable mais ça ne fait pas tout. C'est pas des nanas que je dois séduire, mais des politicards qui croient que le désert leur appartient simplement parce que des détraqués fans de lapins ont voté pour eux ! Je vais faire bouger les choses, moi, vous allez voir. Roger et moi, on est arrivés les premiers dans ce désert. Il est à nous et à personne d'autre !


Dubol_03x02

     Et pour m'assurer d'être un jour élu maire, je commence à me faire des copains un peu partout, histoire de me donner une réputation sans faille de sauveur du désert. C'est comme ça que j'ai remarqué que Josselin Camus était complètement raide dingue de moi... euh, n'allez pas vous imaginer des trucs inavouables, hein ? Quand je dis raide dingue, je parle juste du fait que je suis un modèle d'intégrité et d'honneur pour lui (je sais, mais ça fait tellement de bien de s'envoyer des fleurs). D'ailleurs, l'autre jour, il m'a rendu visite. Déjà, il était habillé de la même façon que moi. Ensuite, il m'a dit :

     - Alan, si vous saviez la chance que vous avez. Moi aussi je voudrais être aussi doué et charismatique que vous.

     - Ah ça, lui ai-je répondu, c'est dans les gênes. Si vos gênes sont pas charismatiques, vous ne le serez pas non plus.

     - Ah ? Et comment je fais pour les rendre charismatiques ?

     - Faites comme moi, parlez-vous dans un miroir le matin pendant vingt... non dix... ou plutôt une minute. Vous verrez, vous deviendrez plus charismatique avec le temps (disons dans trois quatre ans... vous n'alliez quand même pas croire que j'allais le laisser m'arriver à la cheville ?)


Dubol_03x03

     Et pendant que Josselin travaillait son charisme au moins une minute par jour (tandis que moi, je le faisais pendant deux heures), Jessica, elle, passait ses soirées avec l'œil vissé au télescope. Sous prétexte qu'elle voulait voir des extra-terrestres.

     - Bichette, que je lui ai dit pendant le dîner, c'est pas avec ce télescope tout pourri que les extra-terrestres vont avoir envie de passer te dire bonne nuit. Il te faudrait un truc bien plus mahousse, genre télescope de la NASA.

     - Mais mon lapin (argh ! J'aime pas quand elle m'appelle comme ça !), on a pas la place dans le jardin pour mettre un engin pareil. Et puis, ça doit coûter énormément d'argent.

     - Écoute bibiche, dans peu de temps je deviendrai maire de ce désert et crois-moi, c'est pas l'argent qui va nous manquer.

     - Oui mais quand même, le temps que tu y arrives, les extra-terrestres mourront de vieillesse. Je vais continuer à les chercher tous les soirs, on ne sait jamais, et quand tu seras maire, tu m'offriras un si beau télescope qu'ils se déplaceront rien que pour venir le voir.

     J'ai eu envie de lui dire "c'est pas demain la veille que tu verras des petits hommes verts" mais j'ai pas osé lui briser le cœur.


Dubol_03x04

     Mais ma bichette, c'est une têtue, pire que moi. Elle restait des heures scotchée à son télescope dans l'espoir de voir débarquer un vaisseau mère peuplé de petites créatures grises à gros yeux noirs (paraît qu'en fait, c'est comme ça qu'ils sont les vrais aliens). Bon, évidemment, elle n'en a toujours pas vus... le contraire m'aurait sacrément étonné. J'ai pourtant tenté de la prendre par les sentiments en lui disant qu'on voyait ces bébêtes-là juste dans les séries TV. J'ai même essayé de lui faire comprendre que parfois, les aliens, ce sont des méchants qui ne pensent qu'à conquérir les autres planètes. Mais voyant qu'elle n'en avait rien à battre, j'ai abandonné le combat.

     Du coup, j'ai noyé ma mauvaise humeur dans la peinture et je me suis peint moi-même. Paraît que ça fait toujours classe d'avoir un portrait de chaque génération sur les murs de la baraque. Comme ça, dans six cents ans, quand il y aura des fouilles archéologiques, les gens du futurs sauront que la famille Dubol était une très grande famille qui a perduré sur des générations entières, ce que j'espère grandement, d'ailleurs. Parce que papa Dubol disait souvent : mon fils, des générations de Dubol se sont succédé depuis la nuit des temps et ça va sûrement s'arrêter avec toi si t'arrêtes pas tes zouaveries ! Ouais bah mes zouaveries, elles vont prouver que papa Dubol avait tort sur toute la ligne.


Dubol_03x05

     Ce matin, en partant au boulot, j'avais encore la tête pleine des zouaveries de papounet Dubol quand j'ai aperçu un grand truc qui venait de se construire pas loin de la maison. Là, j'vous dis pas la surprise. Une espèce de grand machin tout frais bâti et qui a l'audace de se dresser à côté de chez MOI ! Du coup, me suis renseigné au boulot. J'ai abordé la petite secrétaire rousse, celle qui a des vues sur la petite secrétaire blonde. Avec elle, c'est zéro tracas, elle répond toujours. Je lui ai donc demandé, l'air de rien :

     - Dites donc, Marie-Mathilde-Agnès (MMA pour les intimes), vous avez vu le truc qui s'est construit à côté de ma demeure ? J'ai pas entendu les entrepreneurs, bizarre, non ?

     - Il paraît que c'est un bâtiment commercial, monsieur Dubol. Tristanna-Valérie-Anna (TVA pour les intimes) m'a même dit que Patricia-Janette (Pièce Jointe, pour les intimes) lui avait dit qu'elle avait entendu dire que la municipalité recherchait un acquéreur pour ouvrir une galerie d'art.

     - La municipalité, ça va bientôt être moi, poulette, ai-je rétorqué.

     Et c'est à partir de ce moment que j'ai décidé d'être le maire le plus rapidement possible et d'acheter cette galerie d'art. Après tout, je me débrouille bien en peinture alors autant en profiter.


Dubol_03x06

     Cette idée m'a trotté dans la tête pendant des jours, des nuits et même des semaines, si bien que j'en ai un peu délaissé Jessica qui n'avait de cesse d'essayer de me parler. Paraît qu'elle avait un truc important à me dire mais j'étais tellement perdu dans mes projets à court terme que je l'ai totalement zappée. Puis un matin, quand je me suis levé, j'ai remarqué quelque chose de bizarre. Déjà, elle avait un immonde pyjama orange DDE que je ne lui connaissais pas.

     - Bah bichette, me suis-je étonné. T'as pris du poids, on dirait ? Faut que tu fasses attention à ce que tu manges, tu sais.

     - Mais espèce de gros nigaud, ça fait vingt fois que j'essaye de te dire que je suis enceinte !

     - Pardon ? Enceinte ? Comment ? Pourquoi ? Avec qui ? Et puis... et puis... houla, faut que je finisse de payer la toiture !

     Je vous raconte pas la surprise quand elle m'a annoncé la nouvelle comme ça, direct dans la poire. A un moment, j'ai cru que ça pouvait être un coup des lapins extra-terrestres... jusqu'à ce que je me souvienne de mes cours de sciences naturelles... Mouais, bah on va pas être dans le potage, c'est moi qui vous l'dis ! Oh, c'est pas que j'ai pas envie d'être papounet, mais c'est surtout parce que je suis pas vraiment prêt... pas tant que je serai pas maire.


Dubol_03x07

     Seulement, c'était trop tard. Y avait un mini-Dubol en préparation et je pouvais pas dire à bichette de le faire attendre quelques années de plus, le temps qu'on ait plus de finances. Tiens, parlons-en des finances !  Elles fondent aussi vite que la bouffe. Depuis qu'elle est enceinte, Jessica mange comme quatre... Que dis-je, comme huit ! Le frigo y est passé en trois jours, et attention, c'est pas de la bonne gastronomie comme elle cuisine d'habitude qu'elle s'enfile, mais tout et n'importe quoi. Tenez, l'autre jour, elle s'est tapé un plat de nouilles à la bolognaise, suivi d'une bonne part de gelée rose et elle a fini par un paquet de cornichons qu'elle a trempé dans du miel. Et après, elle avait encore faim.

     L'a fallu que je mette un peu le holà, sans quoi elle continuait son régime bébé à la pizza et à la bière devant un match de foot. Vous vous rendez compte ? Bichette devant un match avec une bière ? J'ai pas envie que mon têtard ressemble à tous ces gars qui se vautre dans leur canapé jour et nuit à chaque nouvelle coupe du monde. Et puis quoi encore ? Un Dubol vaut beaucoup mieux que ça. Alors du coup, c'est moi qui me suis occupé de ses repas, à la future maman. Je lui préparais des petits plats qui colmataient bien, histoire qu'elle aille pas faire une descente dans le frigo à trois heures du mat'. Et vous voulez que je vous dise ? J'ai jamais autant cuisiné de ma vie...


Dubol_03x08

     Tandis que bichette faisait la navette entre le lit, les toilettes et le frigo, Roger, lui, sortait doucement de son hibernation. L'ennui c'est qu'il a été accueilli par la neige et du coup, le pauvre était dans un sale état. Il avait le moral dans les racines et les feuilles toutes tremblantes. J'ai bien essayé de le réchauffer mais j'ai pas eu assez de toutes mes écharpes pour lui entourer les branches. Jessica m'a même proposé :

     - Et pourquoi tu ne fais pas un feu à côté de lui ?

     - Un feu à côté de Roger ? Mais bibiche, tu n'y penses pas ! Et s'il y avait un vent rabattant, hein ? J'ai pas envie de voir Roger partir en fumée, moi !

     - De toute façon, si tu ne le réchauffes pas, il partira tout gelé, alors...

     Mouais... j'admets qu'elle marque un point, là...


Dubol_03x09

     Heureusement, la neige avait quasiment fondu et Roger, bien que toujours pas en état de prononcer deux mots sans claquer des feuilles, commençait à se remettre tant bien que mal. Promis, dès que je touche une prime, je lui construit une belle petite serre rien qu'à lui.

     En attendant, c'est pas une prime que j'ai ramenée mais juste une promo. Fallait voir comme j'étais tout fier de l'annoncer à Jessica en rentrant :

     - Chérie, j'ai eu une promo ! Je suis conseiller général, maintenant. Bientôt, je serai maire et tu auras ton beau télescope multifonction.

     - Mmmh... c'est bien..., a-t-elle rétorqué, les yeux à moitié fermés.

     J'en suis resté comme trois frites au bord d'une assiette. Je savais pas qu'une grossesse pouvait fatiguer autant. Elle est partie directement se coucher sans même me jeter un regard.


Dubol_03x10

     C'est là que j'ai compris que l'accouchement n'allait plus tarder. Enfin, c'est surtout cette nuit-là que je l'ai compris, alors que des lamas psychopathes avaient envahi mes cauchemars. Y a eu un de ces hurlements, j'vous dis pas. Ma première pensée a été : bon sang, les fenêtres ! Puis je me suis levé en cata pendant que Jessica criait :

     - Alaaaaan ! Magne-toi ! Appelle l'hôpital tout de suite ! Aiiiiiiiiiiiiiiiiiie !

     - Courage bibiche, j'arrive, le temps de trouver mon pantalon.

     - Mais j'en ai rien à battre de ton pantalon, viens ici tout de suiiiiiiiiiiiiite !

     Pfiou, les femmes quand elles accouchent, c'est vraiment pas une sinécure !


Dubol_03x11

     J'ai même pas eu le temps de me précipiter sur le téléphone. J'avais à peine enfilé mon froc qu'un petit truc piaillait entre les bras de ma bichette.

     - C'est un petit garçon. Oh, Alan ! Regarde, il a tes yeux !

     - Regarde, regarde... j'veux bien mais faudrait peut-être que tu me le montres. A propos, on va l'appeler comment ?

     - Baraïen.

     - Bara... quoi ?

     - Mais non, pas quoi mais qui.

     - Quoi qui ?

     - Mais qui, voyons. C'est pas quoi, c'est qui ! Et "qui", c'est Baraïen.

     - Oh, mal de crâââââne..., ai-je marmonné. Dis donc, t'aurais pas pu choisir moins compliqué ? Parce que Baramine, c'est pas facile à prononcer.

     - Baraïen ! Et va falloir t'y faire. Le prochain, c'est toi qui choisi.


Dubol_03x12

     Facile à prononcer ou pas, moi je vais l'appeler Bara, ça ira plus vite. Ça aurait été moi, j'aurais choisi quelque chose de plus simple mais vous connaissez les nanas. Pas moyen de les faire changer d'avis, surtout ma bichette. Mais bon, même si elle a des goûts douteux pour les prénoms, j'admets qu'elle a quand même fait un beau têtard avec mon superbe regard de braise.

     - Coucou Bara, moi c'est papa. Allez, répète après moi : papa est le plus fort de tous les papas.

     - Mon lapin, il est encore trop jeune pour apprendre à parler.

     Nan mais tu vas voir s'il est trop jeune ! Papounet Dubol disait toujours : un Dubol, mon fils, c'est tout d'abord d'un génie. Et croyez-moi, Bara va devenir un génie parce que c'est un Dubol !

Posté par ParkerJones à 16:45 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

05 octobre 2008

1. Double zéro sept...

Calamity_01x01

Nom de famille : Calamity.
Prénom : Jane.
Aspiration : famille.
Signe particulier : râleuse.
Avenir : très incertain.

     Voici comment je pourrais qualifier cette jolie rouquine engagée dans le bien-nommé challenge : Je suis entourée par des idiots. Allez, fais pas ta timide, dis bonjour.

     - Euh... b'jour...

     Elle a juste un peu le trac, mais ça va aller mieux après, ne vous en faites pas.


Calamity_01x02

     Commençons par la visite de la maison.

     - T'appelles ça une maison ? Y a même pas de papiers peints ! Et le mobilier est quasi inexistant ! Comment est-ce que tu veux que je vive là-dedans ?

     Oh mais tu vas y vivre, crois-moi, t'as pas le choix.

     - Et qu'est-ce que c'est que cette horreur ?

     On appelle ça un téléphone, ça sert à recevoir et à donner des appels. Pour plus de précisions, regarde dans le dico à la lettre V.


Calamity_01x03

     Non, tu viens sérieusement de m'obéir, là ? Wouah, je sens qu'on va bien s'entendre, finalement.

     - Mais non andouille, je suis en train d'apprendre la cuisine. Si je dois avoir une grande famille, il faudrait que je sache d'abord la nourrir avec autre chose que des plats surgelés et cramés au four. Tu savais que le cramé, c'était mauvais pour la santé ?

     Nan...

     - Et faut pas non plus oublier le cholestérol...

     M'en fiche...

     - ... parfois ça aide aussi pour les kilos en trop...

     Ça y est, à peine commencé, elle me tape déjà sur le système...


Calamity_01x04

     Bon, au lieu de me parler de cuisine, de santé et toute la clique, va donc te trouver un boulot. Alors, faisons rouler le dé... rouleroulerouleroule eeeet... Tadam ! Un as, tu vas prendre le premier job qui se pointe. Alors, c'est quoi ?

     - Oh ! Agent de sécurité ! Tu sais que mon rêve c'est de devenir Ultra-Sim ? Incroyable comme le hasard fait bien les choses.

     Oh non, c'est trop facile ! Je croyais que c'était un challenge difficile, on m'aurait menti ? Bon, voyons le bon côté des choses, au moins nous sommes quasiment assurées de réaliser un désir à long terme.

     - Oui, enfin, sauf si je meurs par accident en glissant dans la salle de bain ou bien si je me fais assassiner ou alors si je me fais enlever par des extra-terrestres. Il y a plein de variables à prendre en compte.

     Tu sais, moi et les maths...


Calamity_01x05

     Je peux savoir ce que tu fais, là ?

     - J'essaye d'attraper des insectes, ça se voit pas ?

     Ben, pas vraiment en fait. Tu crois franchement que tu vas réussir à attraper des trucs minuscules avec un pot aussi gros ?

     - Bah quoi, faut bien qu'elles aient de la place ces pauvres petites bêtes, sinon elles vont se marcher dessus.

     Eh bien, quand tu auras attrapé une fourmis grosse comme mon poing et qui ne passe pas dans ton bocal, surtout, tu m'appelles.


Calamity_01x06

     - Ah, mais c'est qui ceux-là ? Ça leur prend souvent de venir m'embêter ? Allez zou, fichez le camp ! Bzzzzz ! Bzzzzzzzz ! Hors de chez moi !

     Jane, c'est vraiment pas comme ça que tu vas rencontrer le père de tes enfants.

     - Non mais attends, t'as vu les sourcils de celui-là ? On dirait un perchoir à canaris ! Et puis le gars en bleu, il paraît qu'il vit avec sa vieille maman et j'ai pas envie de me retrouver avec une nounou acariâtre sur le dos.

    Ok, là tu marques un sacré point. En plus, Édouard est trop riche, ça rendrait le challenge beaucoup trop facile...


Calamity_01x07

     Donc, au lieu d'attendre que le futur Calamity ne sonne à la porte, Jane est carrément partie le chercher. Elle est bien cette simette, très entreprenante quand elle veut.

     - Eh, salut beau blond, tu sais que tu me plais ? Moi c'est Jane, et toi ?

     - Je m'appelle Bond... Claudio Bond.

     - Hein ? Sans déconner ? James, c'est vous ? C'est bizarre, je vous imaginais plus... grand. Et moins... blond. Et plus... flegmatique. Mais bon, on est pas toujours ce qu'on est dans la vie, hein ?

     Ouch, si maintenant elle se lance dans la philosophie, je suis pas couchée, moi.


Calamity_01x08

     Pour un agent double zéro, je le trouve bien timide, moi, le Claudio Bond.

     - Mais il est peut-être comme ça dans la vie réelle, qu'est-ce que t'en sais ? Et puis il est peut-être aussi à la retraite. Il a sauvé le monde tellement de fois. Dites-moi, James, est-ce que c'est vrai que les diamants ne meurent jamais le lendemain ?

- Euh... eh bien...

- Ah oui, je comprends, c'est top secret, hein ? Oh, vous en faites pas, je le dirai à personne.


Calamity_01x09

     Sitôt rentrée, Jane invite son agent secret à la maison pour continuer leur conversation.

     - Voilà, ici on est à l'abri des oreilles indiscrètes, vous pouvez tout me dire sur votre double identité. Oh, au fait, vous aimez les escarpins ?

     - Si j'aime ? Mais évidemment, surtout s'ils sont roses.

     - Oh, James, vous êtes si romantique !

     - Claudio, mademoiselle, je m'appelle Claudio.

     - Oh, pardon ! Je comprends, c'est pour cacher votre véritable identité, c'est ça ? Promis, je garderai le secret, vous pouvez me faire confiance, je serai muette comme une pelle !

     Une tombe... on dit : muette comme une tombe.


Calamity_01x10

     Jane, c'est pas vraiment en lui tapant dans la tronche à coup d'oreiller que tu vas le séduire, ton vrai faux agent secret à la retraite...


Calamity_01x11

     Ok, je retire ce que j'ai dis. Note personnelle : l'oreiller dans la poire est la meilleure drague que l'on puisse inventer. Je testerai la prochaine fois qu'un agent secret frappera à ma porte...

     - Oh, James, j'ai passé un moment si paradisiaque, avec vous. La prochaine fois qu'on se verra, vous pourrez me raconter votre partie de poker au Casino Royale ?

     - Mais, mademoiselle...

     - Ah oui, c'est vrai, top secret ! Oh, vous avez dû vivre des aventures si paaaaalpitantes ! Je vous envie, vous savez.

     - Oui mais...

     - Je sais, je sais : top secret !


Calamity_01x12

     Après un magnifique rendez-vous avec son agent triple zéro, Jane... Jane ? Tu fais quoi, là ?

     - Je regarde le temps par la fenêtre, ça se voit pas ?

     T'es sûre que tu veux pas un tabouret ?

     - Nan nan, j'en ai pas besoin, mais merci quand même.


Calamity_01x13

     Le lendemain, il fait encore nuit quand Jane se lève pour prendre son petit déjeuner. Tu sais cocotte, tu pouvais faire la grasse matinée vu que tu travailles à vingt heures.

     - Nan, je peux pas, faut que j'invite James.

     Ah... et pourquoi tu te sers trois bols de céréales ? Tu as si faim que ça ?

     - T'as rien compris, c'est pour moi, toi et ton égo.

     Tu voulais pas plutôt dire : toi, moi et TON égo ?

     - Oh, tu t'es levée du mauvais pied, toi, ce matin ! Si on peut même plus faire de l'humour. Puisque c'est comme ça, t'auras pas ton p'tit dèj.


Calamity_01x14

     Et pendant que mon estomac crie famine, la demoiselle Calamity invite son n'amoureux. Eh, doucement, va pas nous le faire fuir ! Pour une fois qu'on trouve un Sim potable.

- T'inquiète, je gère...


Calamity_01x15

     Effectivement... elle gère... Elle gère même plutôt bien.

     - Oh, James, si tu avais à quel point...

     - Claudio, pas James.

     - Ah oui, j'avais oublié... identité secrète ! Mais James, ça te va quand même mieux parce que Claudio... berk ! T'aurais pu choisir quelque chose de moins immonde.

     Jane ! C'est pas comme ça que tu vas réussir à le séduire complètement !


Calamity_01x16

     - Dis, tu veux vivre avec moi, James ?

     - Mais bien sûr ma colombe !

     Ok, je re-retire ce que j'ai dis... Décidément, elle est plutôt douée dans son genre, même si le côté fut-fut n'est pas trop au rendez-vous.

     Enfin ! On verra bien ce que ça va donner par la suite parce que c'est maintenant que les choses sérieuses commencent, hin hin hin hin hin ! *rire démonique de maître du jeu sadique*

     Mouhahaha ! Hin hin hin hin ! Hum... pardon...

Posté par ParkerJones à 14:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


06 octobre 2008

4. La Tête d'Enclume

Dubol_04x01

     La venue du têtard a bouleversé un peu notre quotidien... juste un petit peu. Disons qu'au lieu d'aller glander sur le canapé avant d'aller bosser, je dois changer les couches et donner le biberon. L'ennui, c'est que j'ai pas l'habitude, moi. Chez les parents Dubol, y avait des domestiques pour faire ça. Papounet Dubol n'aurait jamais accepté de frôler ne serait-ce qu'un bout de mes fesses... sauf pour les taper... et encore, il utilisait une badine, pas ses mains.

     Du coup, il a fallu que j'apprenne tout seul comment s'occuper du rejeton. J'ai mis pas mal de temps avant de maîtriser le changement de couche. Par contre, le biberon, ça va tout seul. L'est pas bête, Bara, il a tout de suite compris que le machin vert servait à caler l'estomac. Même pas besoin de lui enfourner de force dans la bouche, il l'ouvre direct quand il braille de faim.


Dubol_04x02

     Vous allez me dire : mais que fais Jessica pendant que je m'échine à m'occuper du p'tit. Bah c'est bien simple, bichette chasse les aliens... comme toujours. Même qu'un soir, alors que je lançais Bara en l'air, je l'ai entendue crier :

     - Alan ! Viens ! J'ai vu quelque chose !

     - Encore ? Ça fait trois fois en dix minutes que tu vois quelque chose, ai-je répondu sans même daigner la rejoindre.

     - Mais je t'assure que cette fois, y avait vraiment quelque chose, j'en suis sûre.

     - Ok, et ça ressemblait à quoi ?

     - Ça faisait de la lumière blanche et ça a filé super vite.

     - On appelle ça une étoile filante, chérie.

     - Ah bon ? Ah, flûte, c'était pas un vaisseau spatial, alors...

     Mais Jessica, elle ne se décourage pas pour autant. J'ai beau lui dire que son télescope n'est pas assez efficace pour repérer les soucoupes volantes (si tant est qu'elles existent), elle s'obstine toujours autant.


Dubol_04x03

     S'il y a bien quelqu'un de sain d'esprit dans cette baraque, à part moi bien sûr, c'est Roger. Il va de mieux en mieux depuis que le soleil a fait sa réapparition et que la température a augmenté. Tous les matins, je vais lui dire bonjour et je lui taille les branches en lui taillant une bavette.

     - Salut Roger, dis donc, t'as bonne mine ! Regarde-moi ces fleurs si elles sont pas belles. Tes parents seraient jaunes de jalousie s'ils voyaient comment tu es beau. Hein ? Oui, je sais, tu ne veux pas qu'on parle de tes parents mais laisse-moi te dire un truc, mon pote : ils ont drôlement eu tort de t'abandonner au bord du désert. En fait, non, ils n'ont pas eu tort... ah, mais laisse-moi finir au lieu de râler. Ce que je voulais dire, c'est que si tu étais encore avec papa pommier et maman citronnier (ou l'inverse), on ne se connaîtrait pas, toi et moi. Elle est pas belle, la vie, finalement ?


Dubol_04x04

     - Tiens, au fait Roger, faut que je te dise : Jessica a eu une promotion. Oui, c'est quand tu l'as vue rentrer toute heureuse y a une heure. Figure-toi qu'elle est devenue professeur de sciences. Si, je t'assure ! Oh, arrête un peu de rire. C'est pas facile d'être prof, mine de rien... Enfin, pour ce que j'en sais, je l'ai jamais été. Tu sais, le conseil général c'est quand même plus facile à gérer qu'une bande de mômes élevés aux stéroïdes, si tu vois ce que je veux dire. Enfin ! Je vais te laisser, mon grand, ça va être l'anniversaire de Bara et si jamais j'arrive avec deux minutes de retard, Jessica va me faire une de ces têtes ! Tu connais les gonzesses, c'est archi susceptible.


Dubol_04x05

     J'ai donc laissé Roger et je suis rentré à la maison en quatrième vitesse, histoire de pas rater les dix-huit coups de dix-huit heures. C'est quand même le premier anniversaire de Bara, ça se fête non ? Pour l'occasion, bichette a fait un gâteau qu'elle a ensuite garni de bougies... comme si le gamin était déjà capable de souffler dessus. Je sais que c'est un Dubol mais il y a quand même des limites au génie.

     - Tu te rends compte Alanou, notre petit va devenir tout grand ! s'est exclamé Jessica.

     - Tout grand, tout grand, il va pas non plus dépasser tout de suite le mètre cinquante. Il va encore falloir du temps pour ça.

     - Oh, ce que t'es rabats-joie. Allez Baraïen, souffle les bougies !

     Si elle veut attendre que Bara les souffle de lui-même, on est pas près d'être couché. Je vais le faire-moi, ça ira plus vite.


Dubol_04x06

     J'en reviens pas... j'arrive pas à y croire... C'est quoi cette tête ? On dirait... on dirait une enclume ! Pourtant, je peux me vanter d'être un beau gosse. Et Je peux me vanter d'avoir une super belle femme. Bah non, les gènes de beauté des parents doivent sauter une génération, c'est pas possible autrement.

     - Jessica ! T'es vraiment sûre qu'il est de toi, le petit ?

     - Mais enfin, Alan ! a-t-elle râlé. T'étais là à l'accouchement, non ?

     - Euh... oui... donc, pas moyen de l'avoir échangé avec un autre par accident. Il reste alors une autre possibilité mais ça va pas te plaire : t'es sûre qu'il est de moi ?

     Et SBAAF ! Oh mes aïeux, la baffe que j'ai reçue, j'en ai vu trente-six étoiles et vingt-six constellations. J'avais raison quand je disais que ça lui plairait pas. Je vous épargne le sermon qui a suivi, de toute façon j'étais trop sonné pour le retenir...


Dubol_04x07

     Pendant plusieurs jours, l'ambiance n'était pas au top. Jessica me faisait la tête et refusais obstinément de me parler, tout ça parce que j'ai osé émettre une petite supposition de rien du tout. J'aurais dû me douter qu'elle la prendrait mal, cette supposition, mais de là à me faire voir toute une collection d'oiseaux exotiques... Quand je disais que ma femme était susceptible !

     Au moins, c'était calme, à la maison... à part les hurlements de Bara quand il voulait sortir de son lit. A propos de lit, et pendant que Jessica continuait à me bouder, j'ai utilisé l'argent de ma promotion pour préparer la future chambre du gosse. Bleue, évidemment, puisque j'ai décidé que mes héritiers seraient tous des garçons. Jessica, elle, voulait des filles mais on a tiré à pile ou face et c'est moi qui ai gagné.


Dubol_04x08

     Ce soir-là, après avoir terminé de préparer la chambre de Bara, je suis allé me coucher en pensant que Jessica dormait déjà tout en continuant à me faire la tête (c'est une vraie têtue, ma femme). Mais, ô surprise, qu'est-ce que j'ai trouvé en entrant dans la chambre ? Une déesse allongée sur le lit et qui m'attendait.

     - Mon lapin, qu'elle m'a dit, je crois qu'il est temps qu'on se réconcilie, tu crois pas ?

     - Ça, c'est la meilleure idée de la semaine, bichette. Tu sais, pour l'autre jour, quand je t'ai demandé si le têtard était de moi... ben, je le pensais pas... enfin... un peu quand même mais...

     - Oh, par pitié, tais-toi ou je continue à bouder ! Viens donc ici, j'ai envie que tu me fasses entendre une petite musique douce.

     Fallait pas me le dire deux fois. La musique, elle l'a eue, et le feu d'artifice en prime.


Dubol_04x09

     Le lendemain, j'avais retrouvé ma biche comme elle était d'habitude. Joyeuse et toujours aussi amoureuse des aliens. Elle était tellement contente qu'elle avait décidé de s'occuper de Roger. D'ailleurs, Roger aussi était content parce qu'il avait un tas d'oranges superbes à nous offrir.

     - Alors Roger, tu vas bien ce matin ? a demandé Jessica (oui parce qu'elle parle à Roger, maintenant, sauf que je suis toujours le seul à le comprendre). Oh dis donc, regarde-moi ces beaux fruits. Ça va faire un très bon jus d'orange, le matin.

     Et en plus, comble de la joie pour mon petit Roger, avec mon salaire et celui de bichette, j'ai commencé à lui construire une petite serre rien que pour lui. J'y installerai le chauffage, comme ça, l'hiver prochain, il n'aura plus froid.


Dubol_04x10

     Je pensais pas que l'éducation d'un môme, c'était aussi pénible quand on a pas de domestiques. Heureusement pour moi, Bara a beau avoir une tête d'enclume, c'est quand même un Dubol, et les Dubol sont réputés pour être très intelligents (et dragueurs aussi, mais ça c'est une autre histoire).

     Qu'est-ce que j'étais content quand Bara a enfin appris à aller sur le popot tout seul ! Vous n'imaginez pas les tours de reins que je me prenais chaque fois que je devais le coller dessus et que môssieur me faisait sa colère. Oui, parce qu'en plus il est caractériel, le Bara ! Il tiendrait de son grand-père Dubol que ça ne m'étonnerait pas...


Dubol_04x11

     Ça faisait plusieurs jours que Jessica n'arrêtait pas de me parler de nausées et toute la clique. Paraît qu'elle a passé son temps à courir aux toilettes pour aller vider son estomac chaque fois que j'étais au boulot. Moi, au départ, j'ai cru à une intoxication alimentaire mais quand j'ai vu qu'elle avait revêtu son immonde pyjama orange DDE, j'ai tout de suite pigé que c'était par parce que le pyjama bleu viagra était sale. Non, bichette était enceinte !

     Cette fois, j'ai pas osé lui demander si le nouveau têtard était bien de moi. Une baffe dans la poire, ça suffit, j'ai pas envie d'en prendre une deuxième. Oh, mais c'est pas que j'ai pas confiance en elle, bien au contraire, mais ce désert est tellement bizarre que je préfère m'attendre à tout.


Dubol_04x12

     Bizarre aussi dans le sens où j'ai eu l'impression que le stade bambin de Bara n'a duré que quelques jours. Étrange, hein ? Ce soir-là, dix-huit heures pétantes, le morpion allait devenir un grand bonhomme. Moi, j'avais hâte de voir si sa tête d'enclume allait changer, s'affiner pour devenir aussi beau que le visage de son père. Et puis j'espère aussi que le second mini Dubol aura une tête plus convenable parce qu'il n'est pas question d'avoir un héritier qui n'a ni le charisme de son père, ni la beauté de sa mère !

     - Alan ! Regarde, le petit chou va enfin grandir ! Vite, je vais chercher l'appareil photo, ne bouge pas de là.

     - Euh... ok... Bon, bonhomme, tu attends quelques instants avant de grandir, d'accord ?

     - Acore, atten gandir !

     Qu'est-ce que je disais : les Dubol sont des génies.

Posté par ParkerJones à 16:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

09 octobre 2008

2. Le train-train qui déraille

Calamity_02x01

     Depuis que James Claudio est arrivé dans la vie de Calamity Jane, la maison a subi quelques changements tout juste mineurs, d'ailleurs je suis sûre que ça ne se remarque pratiquement pas. Parce que, voyez-vous, c'est que l'agent Triple Zéro, l'avait quand même 16.000 § sur lui, l'emplumé !

     - Hé, on n'insulte pas un grand héros comme James !

     T'aurais voulu que je dise "déplumé" ?

     - Non plus, parce qu'à preuve du contraire, il a quand même des cheveux.

     Ah nan, dans ces cas-là, j'aurais dit "déchevelé" ou "dépoilé", c'est selon... M'enfin...


Calamity_02x02

     En tant qu'agent de sécurité, Jane travaille de nuit. Et c'est maintenant que les choses sérieuses... marrantes... pénibles... commencent. Après un relooking de rigueur, qui fait passer Claudio du stade "vieux ringard" à celui de "djeunz au pouvoir", voilà que l'ex agent pas secret se plonge dans son journal intime. Un petit coup d'œil furtif par-dessus son épaule et voilà ce qu'il écrit :

     "Cher journal, c'est génial, j'ai trouvé une fille craquante mais l'ennui avec elle, c'est qu'elle comprend rien à rien. Elle s'évertue à m'appeler James Bond. Tu sais qui c'est, toi, James Bond ? Parce que moi, j'en sais rien... sûrement un de ces ex..."


Calamity_02x03

     Après le journal intime, Claudio s'est trouvé une activité favorite : la réflexion intensive au fond d'un canapé. Ça va, t'as pas trouvé plus fatigant comme activité ?

     - Chuteuh... Je médite, ça se voit pas ?

     Je veux pas dire, mais ça fait quand même trois heures que tu médites, là !

     - Mais c'est à qui, cette voix, d'abord ?

     C'est la mienne, et je suis la maîtresse du jeu. Dire que j'ai même pas le droit de le mettre sur le droit chemin... Rah, c'est dur !


Calamity_02x04

     Bon, voilà une sacrée bonne nouvelle ! Au bout de trois heures et des bérouettes de réflexion intense au fond d'un canapé, il s'est enfin décidé à se lever. Miracle, il a trouvé où était le frigo et même comment l'ouvrir ! Mais vous croyez qu'il lui serait venu à l'idée de se cuisiner quelque chose ? Nan, voyons, ça doit être trop éreintant. Une canette de soda suffira... C'est à peine commencé et je suis déjà désabusée...


Calamity_02x05

     Jane vient de rentrer du boulot et comme elle n'est pas très fatiguée, je lui souffle gentiment d'aller désherber le potager avant que les tomates ne tirent une sale tête. Sympa, Claudio l'a accompagnée... Mais vous ne pensiez quand même pas qu'il allait l'aider, hein ?

     - James chéri, tu pourrais pas me filer un coup de main ?

     - Peux pas, je cherche des oiseaux exotiques.

     Et tu comptes les trouver en pleine nuit ? Tsss... l'est pas bien futé pour un pseudo agent secret à la retraite anticipée.


Calamity_02x06

     Très tôt le matin, c'est à dire pas longtemps après le jardinage des oiseaux exotiques, il est temps pour monsieur d'aller bosser. Il est infirmer d'origine et restera infirmier d'origine parce que je ne le crois pas assez futé pour augmenter ses compétences tout seul. Mais dis donc, Claudio, t'aurais quand même pu dormir un peu avant de partir travailler, non ? T'as vu ta jauge d'énergie ? Qu'est-ce qu'on parie qu'il nous revient dans le coma ?

     - Ah, encore cette voix ! C'est pas possible, doit y avoir un fantôme dans cette baraque.


Calamity_02x07

     Et de retour du boulot... Ça, je l'ai vu venir... Déjà que la veille, il n'a pas fichu grand chose de sa journée, c'est pas encore aujourd'hui qu'il va aider Jane dans ses travaux quotidiens.


Calamity_02x08

     Jane est plus futée qu'elle n'en a l'air. Elle a trouvé un moyen très efficace de sortir Claudio du lit avant qu'il n'y reste toute la journée : le travail du charisme dans la chambre.

     - Mais ma puce, tu crois que c'est une heure pour travailler ton charisme ?

     - Nan mais t'as bien regardé ta montre, flemmard ? J'ai pas que ça à faire, moi !


Calamity_02x09

     C'est que Jane avait prévu tout un programme pour son Bond chéri. Dès que pépère a eu les yeux assez ouverts pour les avoir en face des trous, elle a fait le grand saut.

     - James, je vais pas y aller par quatre chemins parce que je suis pas douée pour les déclarations. Et puis y a quelque chose là-haut qui me pousse à le faire, alors : tu veux bien te fiancer avec moi ? Pour moi, ce serait vraiment un honneur. Tu te rends comptes ? Me fiancer au célèbre agent 007 !

     - Je veux bien me fiancer avec toi mais mon nom, c'est Claudio !

     - Ah oui, j'avais oublié : identité secrète !


Calamity_02x10

     Si Jane a trouvé le moyen de forcer son fiancé à se lever, elle a aussi trouvé le moyen de le forcer à dormir. Qui a dit que ma simette était bête ? Bon, c'est vrai qu'elle n'est pas le nec plus ultra du top du mieux de l'intelligence, mais y a quand même des idées, là-dedans.


Calamity_02x11

     Jane à peine partie au boulot, James Claudio en profite pour replonger dans son activité favorite : la réflexion intensive au fond du canapé. Sérieux, ça doit quand même fatigant pour qu'il y reste des heures sans bouger. Ça va, tu veux pas une bière et un match de foot, tant que t'y es ?

     - Commence à m'énerver, cette voix. Hou hou ! Y a quelqu'un ? Bon, dès demain, j'appelle un exorciste.

     Comme si tu allais en être capable...


Calamity_02x12

    Oui ! Il a pris une initiative en même temps que le télescope ! Applaudissons cette victoire bien fort ! Ça tombe bien, il a besoin de logique pour sa promo. Mais manque de pot, il a aussi besoin de mécanique et là, je me demande bien comment il va faire. Pas question d'aller dans la bibliothèque pour apprendre cette compétence, naaaaaan ! Ça serait trop difficile pour lui...


Calamity_02x13

     Un peu plus tard, le brave Claudio a pris une autre initiative : celle de faire du vélo (raté la capture d'écran, l'a été vite, le bougre). Mais c'est que le sport, ça finit par creuser. Mais est-ce qu'il aurait eu l'idée d'aller se faire à manger ? Bien sûr que non, n'est pas James Bond qui veut. James ne se fait pas à manger, ce sont les James Bond Girls qui le font à sa place, nuance.

     - T'aurais quand même pu préparer le repas ! Moi je rentre, j'suis crevée et j'suis obligée de faire la bouffe.

     Vas-y Jane, montre-lui qui c'est qui commande !


Calamity_02x14

     Bon, la réprimande n'a pas duré longtemps, hélas. Faut quand même pas oublier que son chéri est un ancien agent secret, hein ? On parle pas comme ça aux anciens agents secrets. Ça se respecte, les anciens agents secrets. Même dans le mariage, on leur laisse leur sourire béat et limite débile. On les autorise même à se marier en tenue décontractée sans aftershave et sans s'être rasé. Attention, c'est pas n'importe quoi, les anciens agents secrets.


Calamity_02x15

     Le lendemain, après quelques heures de "réflexion intensive au fond du canapé" (va falloir que j'essaye, voir si c'est vraiment si fatigant), notre Triple Zéro national accomplit un miracle. Il débouche les toilettes ! De sa propre ini...

     - T'emballes pas, Parker, c'est moi qui l'ai persuadé de le faire, sinon tu penses bien qu'il aurait pas bougé.

     Je me disais aussi, c'était trop beau...

     - L'est un brin flemmard pour un agent secret.

     Ah, t'as remarqué, toi aussi ?


Calamity_02x16

     Samedi matin, alors que tout est tranquille (profitons-en, le calme dure rarement plus de deux minutes), voilà Jane qui fonce comme une tarée vers les toilettes.

     - Beuuuuuuuuarh ! J'crois que je suis malade. Comment ça se fait ?

     Ça doit être parce que tu attends un heureux évènement.

     - Ah ? Une promotion ?

     Euh non, pas tout à fait. En fait, c'est à cause de ta technique infaillible pour faire dormir ton Triple Zéro. Fallait bien que arrive un jour.

     - Non franchement, je comprends rien du tout.

     Cherche pas à te calciner les neurones, tu comprendras plus tard...

Posté par ParkerJones à 20:29 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

10 octobre 2008

5. Un p'tit coup de balnéothérapie

Dubol_05x01

     L'anniversaire de Bara s'est super bien passé, il a grandi tout en platine (je me demande d'ailleurs ce que ça veut dire, ça...), tout content de lui. Je pensais que sa tête allait s'arranger avec le passage à l'âge enfant mais... Non, sincèrement, vous ne trouvez pas qu'il a un air de famille avec l'enclume de mon arrière-grand-père du côté de ma mère, celle qu'il utilisait pour forger ses couteaux de chasse ? Enfin, moi je dis ça... Surtout que le pyjama que Jessica lui a trouvé n'est pas vraiment fait pour rehausser la... hum... beauté de ses traits délicats.

     Oh, mais à part ça j'ai pas trop à me plaindre. Bara est un enfant modèle, il adore dessiner, il est calme, intelligent et je suis sûr qu'il va bien travailler à l'école. D'ailleurs, papa Dubol disait souvent : mon fils, on ne peut pas avoir le beurrier, le beurre, la beurrière et l'argent du beurre en même temps. C'est sans doute pour ça qu'il a choisi de garder la beurrière...


Dubol_05x02

     Ce soir-là, Bara était couché. Je lui ai raconté une histoire puis je l'ai bordé mais au moment de rejoindre la chambre conjugale, je n'ai trouvé que le vide. Imaginez ma surprise quand j'ai vu Jessica par la fenêtre, enceinte et toujours vissée à son télescope. J'ai râlé :

     - Jessica, t'as vu ton état ? Rentre à la maison tout de suite, le bébé risque de prendre froid !

     - Mais Alan, j'ai pas fini de compter les constellations...

     - M'en fiche !

     - Et je suis sûre que j'ai vu un truc passer y a pas deux secondes.

     - M'en fiche, j'ai dis !

     - Et je viens de découvrir une nouvelle étoile...

     - M'EN FICHE !

     - Oh, la, la... pas moyen d'étudier le ciel tranquillement, avec toi.


Dubol_05x03

     Heureusement qu'elle a fini par rentrer, sinon il aurait sans doute fallu que j'aille la chercher par la peau de ses jolies petites fesses. Mais c'est vrai, quoi, faut qu'elle fasse attention dans son état. Faut pas qu'elle prenne froid sinon le bébé risquerait d'avoir un rhume à la naissance. Faut pas non plus qu'elle se fatigue... remarquez, de ce côté-là, je crois qu'elle en profite un peu...

     - Chéri ! Quand tu auras cinq minutes, tu pourras débarrasser la table ? Je suis trop fatiguée pour le faire.

     - J'y vais, bichette.

     - Et il y aura aussi les toilettes à déboucher, Bara a encore utilisé trop de papier.

     - Oui, bichette.

     - Et après, si tu as le temps, tu pourras finir la vaisselle ?

     - Mais oui, bichette.

     - Mais là, tout de suite et maintenant, je ne serais pas contre une petite tisane tilleul menthe avec une grande cuillerée de miel... si ça ne te dérange pas, évidemment.

     Bref... Voyez c'que je veux dire ? Bon, s'cusez-moi, faut que j'aille lui préparer sa tisane.

     - Et pas de sucre dans la tisane, y a déjà le miel !

     - Oui, bichette... *soupir*


Dubol_05x04

     Ça j'vous l'dis, il était vraiment temps qu'elle accouche parce que la vaisselle et les tasses de tisane au lit, j'en ai vite eu ras la marmite. J'étais content cette nuit-là quand elle s'est réveillée en hurlant :

     - Ah ! Alaaaaaan ! L'ambulance, viiiiiiiiiite !

     - J'arrive, j'arrive, laisse-moi le temps de refaire le lit (j'avais pas non plus envie que les brancardiers voient l'état du plumard, je tiens à ma réputation).

     - Mais laisse ce foutu lit tranquille et ramène tes fesses tout de suite ! C'est toi qui m'a fait ça, alors t'assuuuuuuumaïïïïe !

     Z'avez vu comment elle me remet tout sur le dos ? C'est bien les gonzesses, ça...


Dubol_05x05

     Là encore, j'ai même pas eu le temps de me jeter sur le téléphone. En deux coup de cuiller à pot, Jessica s'était retrouvée avec un petit colis dans les bras. Et l'engueulade maison s'est changé en ça :

     - Oh, Alan, regarde ! C'est un petit garçon, et il a tes yeux.

     C'est bizarre mais j'ai l'impression d'avoir déjà vécu ça y a pas si longtemps.

     - Mais montre-le moi, je vois rien. Ah oui, effectivement, il a mes beaux yeux de braise.

     - Et t'as vu comment il te ressemble ?

     - Il me ressemble, il me ressemble, faut le dire vite. A cet âge, ils sont tous pareils pour moi.

     - C'que t'es pénible, toi alors !

     - Bé quoi ?


Dubol_05x06

     Bon, c'était pas tout ça mais il fallait encore lui trouver un nom maintenant. Parce que j'avoue qu'avec le bagne que j'ai subi pendant la grossesse de madame Dubol, j'ai pas vraiment eu le temps d'y réfléchir.

     - Je sais comment on va l'appeler, m'a fait bichette, toute souriante. Ce sera Balnéor.

     - Balnéor ?! Et pourquoi pas Balnéothérapie pendant qu'on y est ? ai-je râlé. Et puis d'abord, t'avais dit que c'était à mon tour de trouver un nom.

     - Oui, eh bien tu n'avais qu'à y réfléchir plus tôt !

     Balnéor... ah, mais je crois rêver, j'vous jure ! On a pas idée d'appeller un môme comme ça ? Imaginez les gamins à l'école : hé, Balnéo, tu me passes un coup de flotte ? Hé, Balnéo, tu me masses dans la piscine ? Le pauvre gamin, il va s'en prendre plein la poire, il rentrera de l'école complètement traumatisé et ne voudra plus y retourner. Il deviendra ensuite un ado renfermé sur lui-même et finira sa vie dans une ruelle sombre à la recherche de substances illicites pour l'aider à surmonter son chagrin.


Dubol_05x07

     Mais en attendant que son horrible futur n'arrive, j'essaye de faire en sorte que son présent soit on ne peut plus convenable. Pour preuve : depuis que je me suis installé dans ce désert, j'ai pris mon premier jour de congé pour m'occuper du p'tit pendant que Jessica partait éduquer ses mômes dans sa classe de science.

     L'est pas bien compliqué, Balnéor, lui aussi a tout de suite compris que le truc vert servait à caler l'estomac. Puis l'avantage qu'il y a avec lui c'est que, par rapport à Bara, il est quand même plus calme. Il va pas se mettre à hurler parce qu'il a faim, il va juste pleurer pendant des heures. Reposant, moi j'vous l'dis.


Dubol_05x08

     De son côté, Bara est un brillant élève qui n'hésite pas à parader devant nous dès qu'il a un 20/20.

     - M'man ! M'man ! T'as vu ? J'ai encore 20/20 ! J'suis le meilleur de la classe ! M'man, tu m'écoutes ?

     - Mais oui, je t'écoute. Donc, vous disiez, professeur ?

     - Je vous parlais des exposés rendus cette semaine, madame Dubol. Pas un n'a obtenu la moyenne...

     Et Bara de couper la parole du monsieur en hurlant :

     - Moi ! Moi, j'ai la moyenne ! J'ai même la moyenne la plus haute, t'as vu mon carnet de notes, maman ?

     - Oui, oui, j'ai vu. Alors, vous pensez que les devoirs étaient trop difficiles ?

     - Bah moi, j'ai trouvé qu'c'était facile, m'man ! T'as vu mes notes, hein ? R'garde mes notes !

     Et ça pendant près d'un quart d'heure... Y a des fois, j'en viens à plaindre ma bichette qui supporte la fête à chaque nouveau bulletin de note.


Dubol_05x09

     Heureusement, on n'a pas eu le droit à la danse du scalp qui d'habitude, suivait le carnet de note, simplement parce que ce soir-là, c'était l'anniversaire de Balnéor. C'est dingue comme le temps passe vite, vous trouvez pas ? J'ai l'impression que ça fait à peine deux jours qu'il est né. Cette fois encore, Jessica a préparé un grand gâteau avec une tonne de bougies.

     - Ouais ! Mon p'tit frère va devenir un grand ! hurlait Bara.

     - Allez Alanou, souffle les bougies ! continuait bichette en soufflant si fort dans sa trompette qu'elle en faisait trembler les vitres.


Dubol_05x10

     J'ai fermé les yeux au moment du grandissage. Puis j'ai ouvert le gauche... et ensuite le droit... et je les ai posés avec une méga appréhension sur le petit bonhomme que je tenais dans mes bras. Et toutes mes craintes se sont dissipées d'un coup. Aucun doute à avoir, ce p'tit est bien de moi ! L'est mignon comme tout, celui-ci... enfin, pour l'instant, parce que quand on sait que le grandissage de Bara ne l'a pas arrangé, y a de quoi s'inquiéter.

     - Oh, Alanou, regarde comme il est beau, il te ressemble !

     - Où t'as vu qu'il me ressemblait, toi ? T'as vu les joues rondes qu'il a ? Je dirais plutôt que c'est à toi qu'il ressemble avec son air rondouillard...

     - Ah, parce que j'ai l'air rondouillard, moi ?

     Aïe... j'ai encore gaffé... Je me suis vite empressé de corriger avant que ça chauffe :

     - Mais non, bibiche... bon, sauf quand tu étais encore enceinte mais là c'était normal. Je t'assure que tu es très très mince... enfin, pas aujourd'hui mais...

     - J't'en ficherais du rondouillard, moi ! Débrouille-toi avec le petit, moi je vais dormir ! Et pas la peine de me réveiller pour me faire entendre une petite musique douce, je fais la grève !

     - Mais... mais bibiche...


Dubol_05x11

     Et allez, c'est reparti pour la bouderie. Je sais pas ce qu'elle a actuellement Jessica, mais elle est d'un susceptible ! Pas moyen d'en caser une sans que ça me retombe sur le dos.

     Du coup, je suis allé noyé ma colère et mon étonnement dehors, sous les étoiles. J'ai même profité que le télescope soit libre pour me l'accaparer, juste histoire de m'assurer par moi-même que bichette n'était pas devenue folle en croyant voir des aliens tous les soirs. Mais pensez bien que j'en ai pas vu la moindre trace, des aliens ! D'ailleurs, à part le petit centre commercial d'en face et des kilomètres de sable, j'ai rien vu du tout...


Dubol_05x12

     Et quand je me suis décidé à rentrer, j'ai été accueilli d'une façon bien étrange par une bichette toute douce :

     - Alan ? Où est-ce que tu étais passé ?

     - J'étais sur la terrasse, je regardais les étoiles.

     - Et t'en as vu des belles ?

     - Ouais ! Si tu veux, je peux te les montrer aussi.

     - Avec une petite musique en prime ?

     - Et même le feu d'artifice qui va avec, ma biche.

     - Alors dépêche-toi avant que je m'endorme.

     Ça, c'était de l'invitation en bonne et due forme ! J'aime bien quand elle a ce genre de sautes d'humeurs, la réconciliation qui suit est toujours très rythmée... si vous voyez c'que j'veux dire.

Posté par ParkerJones à 15:57 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

14 octobre 2008

3. On n'est jamais mieux servi...

Calamity_03x01

     En ce radieux samedi matin, Jane n'est pas vraiment bien,
     Car son petit-déjeuner commençait à valser,
     Dans un estomac douloureux, toutes les une minute ou deux,
     Et...


     - Arrête de faire des rimes, je suis déjà pas bien mais là, je sens que je vais vomir. Aie aie aie, mais qu'est-ce qui m'arrive ?

     A mon avis, tu vas bientôt comprendre.
     Et tes cris je vais bientôt entendre.


     - Mais arrête tes rimes !

     Ok, ok... pas la peine de s'énerver, c'est mauvais pour le bébé.

     - Le quoi ?

     Rien, c'était pour la rime...


Calamity_03x02

     Bon, reprenons sérieusement. Même malade, Jane est au boulot. Parce que si on devait compter sur James Claudio pour obtenir des promotions, hein... Mais d'ailleurs, que fait-il donc en cet instant ? Ah, le voilà, en train d'augmenter sa logique tout seul comme un grand. Bon, c'est pas tout ça mais maintenant, tu as le nettoyage à augmenter ainsi que la mécanique (et ça, c'est pas gagné...).

     - Hin hin, le Dubol est encore en train de parler à son arbre. Un vrai timbré, celui-là !

     Non mais tu peux parler, toi ! T'as vu ton sourire sadique ? Se moquer d'Alan Dubol parce qu'il tient une conversation sérieuse avec Roger, ça se fait pas !

     - Non non, je n'entends pas la voix, fiche le camp la voix...


Calamity_03x03

     Voilà, c'est ça, rentre à la maison et va faire du vélo. Surtout que t'as vachement besoin de physique pour avoir ta promo dans la médecine... Je commence à me demander si je vais pas utiliser sa seule et unique action pour lui faire changer de boulot, au moins il sera peut-être (j'ai bien dit "peut-être") capable de faire avancer ses promos tout seul et en moins de trois siècles !


Calamity_03x04

     Vous avez vu ça ? Et hop ! Sans les mains !
     Quelle dextérité, quel aplomb ! Trop fort, Claudio.



Calamity_03x05

     Bon, Claudio, il fait nuit là, maintenant. Tu sais depuis combien de temps tu es sur ton vélo ? Au moins la moitié de la journée ! Alors t'es gentil, mais tu descends avant de mourir de faim, de fatigue, de vessie pleine ou de manque d'hygiène, au choix.


Calamity_03x06

     Et pendant que Claudio cherche le moyen de descendre du vélo sans se casser la poire, Jane rentre du boulot avec une promo en poche (agent d'accueil) et un ballon de volley.

     - Où ça, un ballon de volley ?

     Laisse tomber, tu comprendrais pas.

     - Hé ! T'as vu ça ? J'étais là, sur le trottoir et PAF ! J'ai le ventre qui a doublé de volume. Tu veux que je te dise ? Je crois que je suis enceinte.

     Ah bah il était temps que tu t'en rendes compte, hein ?


Calamity_03x07

     C'est sûr, lire la rubrique cuisine du journal, c'est quand même vachement moins fatigant que de faire de la réflexion intensive au fond du canapé, n'est-ce pas ? Peut-être qu'au moins, tu apprendras enfin à cuisiner tout seul... et sans faire brûler la maison, de préférence.


Calamity_03x08

     Nan ! J'en crois pas mes yeux ! Claudio... James... Enfin, Machin là ! Il est en train... DE NETTOYER LA CUISINE ! Vite, mes comprimés pour le cœur ! Nan mais rigolez pas, c'est choquant de voir ça, surtout dans un challenge pareil. Et arrête de me regardez comme ça, toi, tu me fais flipper.

     - Comment est-ce que je peux te regarder, je te vois même pas. T'es juste une voix sans corps.

     Si, si, j'ai un corps mais il est pas là.

     - Hein ?

    Oublie ça, c'est trop compliqué pour toi, contente-toi juste de bien frotter dans les coins.


Calamity_03x09

Et le lundi matin...
A votre avis, il fait quoi là ? Alors, vous savez ? Il fait... il fait... Vous là, dans le fond, vous avez la réponse ?

- Oui, m'dame, il fait de la réflexion intensive au fond d'un canapé !

Bieeeeeen ! Y a au moins quelqu'un qui suit.


Calamity_03x10

     Et Jane, dans tout ça ? Bah Jane... Jane elle a comme qui dirait un léger souci. Au beau milieu de la nuit, elle nous démarre un concerto en "Aïe" majeur qui ne réveille même pas Claudio. Sacrément lourd le sommeil de l'ex pseudo agent secret. Attendez, je vais vous le réveiller, moi. CLAUDIO ! DEBOUT ! ON EST ATTAQUES !

     - Rrrrrr.... ZZZzzzzz...

     Humph... vachement de sacrément lourd...


Calamity_03x11

     - T'as vu ça Parker ? Elle est pas mimi ma petite fille ?

     Si, si... Et tu vas l'appeler comment ?

     - Attends que je réfléchisse...

     Je te préviens que si tu me sors un truc comme Balnéothérapie ou Arachnophobie, je t'étrangle.

     - Carisma, ça ira ?

    Bien, tu es beaucoup plus raisonnable qu'une simette de ma connaissance.


Calamity_03x12

     L'ennui avec les naissances et les maîtresses du jeu qui gueulent, c'est que c'est fatigant et que ça fait du bruit. Pour palier au problème, Claudio a eu la merveilleuse idée d'aller finir sa nuit dans la future chambre du gosse. Qui a dit qu'il n'y avait pas une once d'intelligence chez lui ?


Calamity_03x13

     Jane ! JANE ! Il fait quoi ton mari ? T'es sûre qu'il s'est pas planté quelque part ?

     - Nan nan, c'est moi qui lui ai demandé d'aller faire le ménage pour faire travailler son nettoyage. Faut que ce soit moi qui l'oblige à remuer ses fesses si on veut qu'il ait une promotion avant la St Glin Glin.

     Et encore, la St Glin Glin, c'est trop proche...


Calamity_03x14

     Non, Claudio n'est pas un père indigne puisqu'il s'occupe de sa petite de lui-même. Sauf qu'il y a encore quelques ratés dans le parcours. Et la fumée verte, elle est là pour faire joli, peut-être ?

     - Mais chut, tu vas lui faire peur. Regarde-la, elle avait faim.

     Faim ? Non elle n'a pas faim. Va pas commencer à la gaver, non plus !


Calamity_03x15

     - Jane ! Jane ! Qu'est-ce qu'elle a, la petite ! Elle arrête pas de se débattre et de pleurer.

     Et pourquoi elle pleure, à ton avis, crétin ?

     - Oh mon dieu, le biberon était sans doute trop chaud, elle s'est brûlée, faut faire quelque chose ! Jane, appelle les urgences !


Calamity_03x16

     - Ah, mais donne-moi la petite ! Tu sais vraiment pas comment on élève un gosse, James. Tu es peut-être imbattable pour sauver le monde mais pour ce qui est de changer une couche, c'est la croix et la bannière !

     Et toc ! Bien dit, Jane.

     - Ah, la, la, si c'est pas malheureux. Faut toujours tout faire sois-même, ici...

     Comme on dit : on n'est jamais mieux servi que par nous-même...

Posté par ParkerJones à 17:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

6. Deux anges et un démon

Dubol_06x01

     Je dormais bien tranquillement en faisant de beaux rêves (la bonne les avait enfin désertés, l'en aura mis du temps), quand j'ai senti bouger à côté de moi.

     - Bibiche ? Où tu vas, l'est 3h du mat', ai-je marmonné entre deux ronflements.

     - J'ai un petit creux, je vais manger quelque chose, ensuite je passe aux toilettes, je vais voir si Balnéor est réveillé, si c'est le cas je le mets sur le pot et je lui donne à manger puis je reviens.

     - Mmh... sacré programme... 'nuit...

     Sur le coup, je me suis rendormi direct sans songer un seul instant que la dernière fois que Jessica s'est levée pour faire autant de choses en pleine nuit, c'était quand elle était enceinte...


Dubol_06x02

     Je me suis promis de lui poser la question un peu plus tard mais pour l'heure, j'avais du boulot. Une saleté de clébard n'arrêtait pas de rôder autour de la maison pour creuser des trous de la taille d'un cratère de météorite et se jeter sur la poubelle histoire de se rouler dans les déchets. Et puis moi, vous savez, j'ai pas peur des chiens alors, courageux et téméraire, j'suis carrément allé le virer de chez moi. Mais c'est qu'il s'est pas laissé faire l'animal ! Il m'a grogner dessus l'air de dire :

     - Non mais oh, tu te prends pour qui à vouloir me chasser comme ça, hein ? T'as pas vu les crocs que j'ai ?

     Alors moi, tout naturellement, je lui ai répondu :

     - Du calme, je voulais pas te vexer. C'est juste qu'à chaque fois que tu viens creuser un trou, c'est moi qui prends. Je te jure, elle est pas commode, ma femme. S'il y a un seul grain de sable de travers, elle le vois tout de suite.

     - Ah ouais, quand même. Ben mon humain, je te plains, si mes femelles me faisaient ça, elles entendraient parler du pays.

     - Oh, tu sais, elle est pas méchante Jessica, juste un peu susceptible.


Dubol_06x03

     Et surtout actuellement où ma femme se tapait des sautes d'humeur aussi facilement qu'un bol de chili au petit déjeuner (ça cachait quelque chose, ça, d'ailleurs). Mais bon, ça n'empêchait pas la vie de continuer son petit train-train.

     Roger a finalement été adopté par toute la famille, et surtout par Bara qui, à chaque fois qu'il va désherber le potager, ne peut pas s'empêcher de raconter sa vie à mon bel oranger.

     - J'te jure, la maîtresse elle est gentille mais parfois elle est gourde. Elle sait pas que 2 et 2 ça fait 22, et toi tu le savais ? Parce que un 2 à côté d'un 2, ça fait justement 22. Mais non, pour elle ça fait 4, c'est bizarre, hein ? Oh dis donc, hier j'ai vu un épisode d'Alien And The City... Ouah, t'aurais vu les effets spéciaux, c'était génial ! Bon, j'dois y aller, si j'fais pas mes devoirs, je vais me faire gronder par papa.


Dubol_06x04

     Sauf que papa, actuellement, il avait la tête ailleurs. J'ai surveillé Jessica pendant quelques jours en faisant bien attention à mes paroles (s'agissait pas non plus de s'en prendre une comme la dernière fois où j'ai osé émettre une simple et innocente hypothèse). Puis un matin, je l'ai vu, l'immonde chose !

     - Tiens, t'as revêtu ton pyjama DDE ? ai-je dit. C'est normal ?

     - C'est parce que je suis enceinte.

     - Encore ?! Tu veux monter une équipe de foot ou quoi ?

     - Je te signale que je suis dans cet état, c'est de ta faute, t'avais qu'à vider ton chargeur avant de tirer.


Dubol_06x05

     Vider mon chargeur, facile à dire... Puis elle a rien fait non plus pour éviter la balle. Mais bon... Plus les mois avançaient et plus Jessica prenait en baudruche, à tel point que je me demandais s'il y en avait pas deux, ou même trois. Ah non pitié, pas trois !

     - Dis donc bichette, ai-je un jour demandé, pour en avoir le cœur net. Tu crois qu'y en a combien là-dedans ?

     - Alan ! Tu es d'un charmant, toi ! a-t-elle protesté. Tu n'aurais pas pu formuler ça autrement ?

     - Euh... ok, je vais essayer. A ton avis, ils se tassent à combien dans ta baudruche ?

     - Oh, toi ! a-t-elle alors râlé.

     - Bah quoi ? Tu m'a dis de reformuler, j'ai reformulé. Fallait pas ?

     Décidément, je ne comprendrai jamais rien aux gonzesses, moi...


Dubol_06x06

     Mais fort heureusement, Jessica doit avoir l'habitude de mes bourdes car elle n'a pas fait la tête longtemps... juste une semaine au lieu de trois. Et ça tombait bien parce que ce jour-là, j'étais content. Après avoir fait mes comptes, j'ai remarqué que j'avais accumulé 25.000 § tout au long de ma carrière et que je grimpais les échelons de mon boulot assez vite. Le siège de maire se rapprochait à vue d'œil et le salaire était de plus en plus important. Ça en devenait presque un vrai bonheur de payer les factures, et la maison commençait enfin à ressembler à quelque chose de bien.


Dubol_06x07

     Le soir, c'était déjà l'anniversaire de Balnéor. J'avais hâte de voir si sa bouille allait être ronde ou carrée. En tout cas, une chose était sûre : il n'avait pas une tête d'enclume et était bien parti pour devenir l'héritier officiel de la future très grande dynastie des Dubol.

     - Allez mon bébé, grandit ! l'a encouragé Jessica, toute heureuse.

     Bara aussi avait hâte que son frère grandisse.

     - Allez frérot ! On va bientôt pour jouer ensemble, puis je t'apprendrais que 2 et 2 ça fait 22 et pas 4 !

     Et au moment où les étincelles ont commencé à apparaître, j'ai fermé les yeux...


Dubol_06x08

     ... pour les rouvrir sur un petit gaillard joufflu tout content d'avoir bien grandi. Bara était content, Jessica se pâmait d'amour pour son deuxième fils et moi, j'admets avoir été bien surpris. C'est qu'il était quand même mignon, le Balnéor. Certes, les abajoues un peu rondelettes mais un regard à faire tomber un régiment de groupies.

     - Regarde mon lapin (quand Jessy m'appelle comme ça, c'est qu'elle est heureuse), il est si adorable.

     - Normal, il a mes yeux... et mon sourire aussi. Mais pas les joues, il doit tenir ça de...

     Là, j'ai croisé le regard furibond de bichette et je me suis dit que pour ma survie future, il fallait que je corrige dare-dare.

     - ... de son grand-père Dubol.

     Pfiou, la bourde est pas passée loin.


Dubol_06x09

     Les mômes étaient à peine couchés après l'anniversaire de Balnéor que Jessica, qui était au lit avant moi, se levait d'un bond en hurlant de douleur. Là, j'ai tout de suite compris ce qu'il se passait : le troisième mini Dubol pointait le bout de son nez.

     - Bon alors euh... respire surtout et euh... respire !

     - Mais je fais que ça, abruti, va plutôt appeler un toubib et magne-taïïïe !!

     - Euh... oui, j'y vais !


Dubol_06x10

     Mais bichette, c'est la femme la plus rapide du monde. Même pas le temps de faire quoi que ce soit que le têtard était déjà dans ses bras et son humeur est passée de noire à rose bonbon.

     - Oh, Alan, c'est un garçon et il a tes yeux !

     - Encore ?! T'aurais pas pu faire une fille, pour une fois ?

     - Dis donc, c'est toi qui a voulu des garçons comme descendants alors ne viens pas te plaindre !

     - Bah oui mais quand même. Enfin, ça sera plus simple pour jouer au foot. Au fait, j'ai pas eu le temps de chercher pour le nom...

     - Ce sera Bélial, a-t-elle coupé.


Dubol_06x11

     - Dis donc bichette, t'es au courant que Bélial, c'est le nom d'un démon ? ai-je protesté en prenant le petit dans mes bras.

     - Ah bon, t'es sûr ? Moi, je trouvais que c'était joli, c'est tout. Mais comment tu sais ça, toi ?

     - Je surfe beaucoup sur Wikipédia au bureau...

     - Eh bien tant pis, moi je trouve que ça lui va bien !

     - Ouais mais bon, c'était pas non plus un gentil démon, le Bélial...

     - Ma décision est prise, Alan. Ça sera Bélial !

     Et quand elle m'appelle Alan en le prononçant de cette façon, ça veut dire que le chapitre est clos et que ça sert à rien que je proteste.


Dubol_06x12

     - Non mais tu entends ça, mon petit Bélial ? Papa dit que tu es un démon. Mais moi je sais que tu n'es pas un démon, mon petit Bélial. Non non, tu es un petit ange, toi, tout comme tes frères. Toi, tu es gentil comme tout, et puis il a sûrement mal lu. L'informatique ça n'a jamais été son fort.

     C'qu'il fait pas entendre, je vous jure !

Posté par ParkerJones à 17:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]